Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 23:08

Chaque génération a ses tares et ses monuments. J’ai les miens et pas des moindres.

 

Je suis de la génération Albator et Goldorak et je prends toujours autant de plaisir aujourd’hui à regarder ces dessins animés où mes héros d’enfance se battent contre l’injustice et pour le bien de l’humanité.

 

Je suis de la génération Sida et capote car hélas dès mon plus jeune âge j’ai entendu et compris que baiser peut tuer mais que "le plastique c’est fantastique et le caoutchouc super doux" et surtout que ça sauve la vie. Je n’ai d’ailleurs jamais compris qu’un pape puisse s’élever contre le préservatif quand partout dans le monde on mourait et on continue de mourir du Sida.

 

Je suis de la génération Mitterrand et ça, je le revendique, je l’assume et j’en suis fier, quand bien même les critiques. L’abolition de la peine de mort, la dépénalisation de l’homosexualité, les radios libres, la retraite à 60 ans, la décentralisation, la réconciliation franco-allemande, la grandeur de la France à l’international…

 

Je suis aussi de la génération de ceux qui ont appris avec leur papy à se passionner du Tour de France.

 

Et j’ai connu adolescent en 1989 (j’avais 14 ans), la chute du mur de Berlin (où mon père a fait son service pendant 2 ans dans les années 60) : j’avais l’oreille scotchée à la radio pour suivre les évènements en direct (car à l’époque, l’info en direct c’était la radio) et j’étais heureux que le monde bascule.

 

J’ai connu encore en décembre 1989 la chute de Ceaușescu et la libération du peuple de Roumanie.

 

Puis le 25 décembre 1991, la disparition de l’Urss symbole du léninisme et du stalinisme meurtriers et oppresseurs.

 

Quant au 11 février 1990 (j’avais presque 15 ans), je me souviens d’avoir vu à la télé, la libération de Mandela. Au-delà des chansons de Simple Mind « Mandela day » et de Johnny Clegg « Asimbonanga » je ne savais pas trop qui était ce Nelson Mandela. Mais je savais que je vivais un moment historique. Et lequel ! Un homme de 70 ans qui venait d’être libéré de 27 ans de prison, et pas n’importe laquelle, qui sans haine, sans rancœur, délivrait un message de paix et allait à tout jamais laisser son empreinte sur le monde.

ENORME, tout simplement énorme.

Partager cet article
Repost0

commentaires