Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 11:35

On apprend aujourd’hui par Nord Littoral que les élus se positionneront fin février pour engager de façon irréversible le Palais des Congrés Bouchart Blet.

 

C’est donc une décision cruciale qui engagera les finances de notre ville très endettée pour un projet qui a déjà fait promettre par Mme Bouchart « des exercices budgétaires très difficiles ».

Surtout quand on sait que ce projet n’est toujours pas financé tant sur les 60 millions d’€uros d’investissement à engager (c’est ce qui est annoncé aujourd’hui, mais combien réellement au final) que sur les dépenses annuelles colossales de fonctionnement.

 

C’est grave, dangereux pour ne pas dire irresponsable dans la continuité de la gestion des travaux de Calais Nord dont le coût a explosé malgré l’abandon contraint d’un parking souterrain qui était pourtant la pierre angulaire du projet.

 

Cette décision va être prise un mois avant les élections municipales, un mois avant le choix des Calaisiens de la nouvelle majorité qui sera aux responsabilités communales et intercommunales.

Un mois ! Qu’on ne nous dise pas qu’il y a une urgence absolue, incontournable. C’est faux.

 

Le duo Bouchart Blet a tout pouvoir de repousser la décision irrémédiable après les élections : donc de laisser la décision aux Calaisiens qui se prononceront en mars prochain et à l’équipe municipale suivante, quelle qu’elle sera. Voire même de s’accorder un peu plus de temps pour penser, trouver comment financer et pérenniser ce projet sans avoir à créer encore un nouvel impôt communautaire et augmenter encore les impôts locaux comme depuis 6 ans.

 

Au contraire le duo Bouchart Blet se précipite pour imposer son projet et rendre impossible tout retour en arrière sous peine que « des pénalités seront à payer » dixit Mme Bouchart.

Mme Bouchart va même jusque déclarer dans la presse ne « pas devoir en débattre ».

 

Déni de démocratie, politique de la terre brûlée, aveuglement, dogmatisme, amateurisme, mépris du vote à venir des Calaisiens… ?

 

Est-ce enfin de nature à nous rassurer quand Mme Bouchart annonce fièrement sa nouvelle idée pour animer son somptueux Palais, « imaginons un goûter du CLSH l’été (centre de loisirs) » ?

Partager cet article
Repost0

commentaires

Bellynck 14/01/2014 12:58

le projet est bon pour Calais. Je rappelle que le ps a soutenu la mairie communiste pendant des années plongeant notre ville dans le marasme que l'on connaît. Les promesses de Monsieur Capet sont
les memes que l'on a eu au niveau national..on va nous on va...alors votez PS est vous serez tous au chomage...

teddylauby.over-blog.fr 14/01/2014 19:57



Bonjour M Bellynck,


 


La situation nationale ? Elle est difficile : 10 ans de Sarkozysme laissent des traces. On peut refaire le bilan de son héritage. Mais là n’est pas
le propos pour moi.


Mon propos, c’est CALAIS.


Les promesses non tenues pour Calais ce sont bien celles de Mme Bouchart qui devait par sa seule élection créer des millions d’emplois dans notre ville. Elle
a fait de Calais la ville record de chômage en France.


 


Quant au projet de palais des congrès que vous soutenez – et vous avez autant de bonnes raisons d’y croire que moi de m’y opposer tel qu’il est conçu -,
laissons donc les Calaisiens en décider librement lors des élections municipales. Ce que nous refuse Mme Bouchart jugeant qu’il n’y a pas lieu d’en débattre.


 


Oui,  dans le passé, le PS local était derrière le PC à Calais. Cela fait partie de notre histoire à gauche relative à un contexte, une époque, des
hommes.


Mais ça c’était avant. Et si on ne peut changer le passé, on peut devenir maître de son destin.


Aujourd’hui Yann Capet en partenariat avec EELV propose une ligne nouvelle et inédite pour Calais.


Pour ma part, je pense que nous avons la chance avec Yann Capet d’avoir un homme neuf, dynamique, compétent, travailleur… qui porte non seulement une vision
mais aussi un projet pour Calais, les Calaisiennes et les Calaisiens, ensemble pour réussir Calais.


Vous voyez les temps changent.


 


Cordialement


Teddy Lauby