Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 20:02

1981 au Panthéon5, 4, 3, 2, 1, François Mitterrand est élu Président de la République.

Nous sommes le 10 mai 1981.

Pour la première fois de l’histoire de la Vème République, un socialiste accède à la plus haute fonction de l’Etat, mettant fin à 23 ans de règne ininterrompu de la droite.

 

Après Jean Jaurès et Léon Blum, François Mitterrand poursuivait « l’œuvre de ces millions de femmes et d’hommes, qui deux siècles durant, dans la paix et la guerre, par le travail et par le sang, avaient façonné l’histoire de France », qui avaient permis les plus grandes avancées et conquêtes sociales jamais connues : de la liberté de penser à la liberté politique et syndicale, des droits de l’homme aux droits des travailleurs.

J’avais 6 ans à l’époque, trop jeune pour comprendre le moment exceptionnel et historique qui se déroulait.

La ferveur et la liesse populaire avaient envahi le pays. Place de la Bastille, sous la pluie, le peuple de gauche s’était réuni spontanément enfiévré pour danser, chanter la vie et l’espoir d’un monde meilleur. La foule reprenait en cœur un slogan qui en disait long pour la suite : « Mitterrand du soleil. »

Il n’y avait qu’un vainqueur ce 10 mai 1981 avait-il dit : l’espoir !

 

A jamais au Panthéon de l’Histoire, il restera l’homme de la construction européenne et de l’amitié franco-allemande. L’homme qui a su faire entendre et respecter la voix de la France dans le monde. L’architecte d’une France qu’il a su faire basculer dans la modernité, le progrès et la justice sociale : abolition de la peine de mort, légalisation et développement des radios libres, libération de la télé, la semaine des 39 heures, la 5ème semaine de congés payés, la retraite à 60 ans, le remboursement de l’IVG, instauration de l’impôt sur les grandes fortunes, le renforcement du code du travail, la protection des salariés, abrogation du délit d’homosexualité… sans oublier les lois sur la décentralisation.

Chacun peut mesurer la grandeur des accomplissements de ce Président unique.

Un bilan à ce jour inégalé.

 

Un homme au destin extraordinaire qui de par son action justifie l’impérieuse nécessité d’un retour des socialistes au pouvoir en ces temps où le pays est attaqué de toute part par une droite qui n’a jamais été aussi dure, aussi extrême et libérale, pilonnant toutes les avancées sociales et agressant les plus faibles d’entre-nous.

 

Un homme dont on ne doit jamais oublier les enseignements :

« Je crois pour demain comme hier à la victoire de la gauche, à condition qu’elle reste elle-même. Qu’elle n’oublie pas que sa famille, c’est toute la gauche. Hors du rassemblement des forces populaires, il n’y a pas de salut. »

Partager cet article
Repost0

commentaires