Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 mai 2011 7 22 /05 /mai /2011 17:32

Sans titreNous sommes dans une société où chaque jour les écarts de salaires entre les grands patrons et leurs employés ne cessent d’augmenter. Où les salaires des grands patrons auxquels s’ajoutent stock options et autres avantages, se chiffrent en millions d’€ tandis que ceux des employés se calculent en centaines d’€.

 

Nous sommes dans une société où des entreprises qui font des bénéfices licencient leurs employés pour mieux engraisser leurs actionnaires.

Nous avons un gouvernement UMP qui baisse les impôts pour seulement quelques milliers de très riches et qui donne de l’argent aux plus grandes fortunes. Qui aide sans retour les banques privées responsables de la crise financière mondiale pour avoir joué avec notre argent.

Nous avons un gouvernement dont la seule obsession est de servir les puissants au détriment de la majorité des français.

 

Ce n’est pas la solidarité avec les victimes du système libéral qui est le cancer de notre société.

Le cancer de cette société, c’est la politique de ce gouvernement.

 

Quant à Monsieur Wauquiez qui assimile chômeurs, pauvres et français en difficultés sociales, à une maladie mortelle qu’il faut éradiquer, il est à mon sens le triste exemple des ravages de la LE PENisation des esprits au sein de l’UMP.

Si l’UMP gouverne, ce sont les idées du FN qui inspirent son action : Sarkozy et sa bande ne sont que les pantins de la famille LE PEN. L’axe UMPFN nous a conduits depuis 5 ans au désastre social et économique.

 

Si l’on veut relancer la consommation donc la production donc l’emploi, augmentons les salaires les plus modestes et en premier lieu le SMIC, donnons les moyens à ceux qui ne peuvent pas consommer, du pouvoir d’achat.

Et que l’on ne vienne pas nous conter que les caisses sont vides : elles sont suffisamment remplies quand il s’agit pour l’UMPFN de donner 40 milliards d’€uros aux plus riches dans le cadre du bouclier fiscal et autres avantages aux privilégiés !

Partager cet article
Repost0
18 mai 2011 3 18 /05 /mai /2011 18:28

Déclaration de Martine Aubry

Comme vous le savez j’ai souhaité réunir l’ensemble des responsables socialistes ce midi. Il le fallait, pour deux raisons, pour nous retrouver dans ce moment douloureux, pour l'un d'entre nous et pour nous tous et aussi parce que nous savons ce qu'attendent les Français, il fallait rappeler le cap. Le faire tous ensemble et c’est vraiment cet état d’esprit qui était celui du bureau national à l’instant même.

 

Après la stupéfaction et la sidération et je crois qu’on peut dire, pour rencontrer beaucoup de Français, que le choc est partagé, bien au delà des socialistes et de la gauche. On a l’impression que beaucoup de gens ne veulent pas croire, attendent et sont dans un espèce de choc.

Depuis hier, nous sommes tous bouleversés par les images et aussi par les charges qui sont portées contre Dominique Strauss-Kahn.

 

Nous avons rappelé aujourd’hui, ce que nous faisons tous unanimement depuis trois jours maintenant, c’est-à-dire rappeler d’abord la présomption d’innocence et dire d’ailleurs, et je le dis simplement, je regrette que les medias français n’aient pas respecté la loi qui est la notre, la loi Guigou de 2000, qui impose l’absence d’image humiliante et dégradante pour quelqu’un protégé par la présomption d’innocence.

 

 De même que vous le savez, aux Etats Unis, une caméra peut être dans la salle d’audience, ce qui n’est pas le cas dans notre pays. Je me permets de le dire, parce que parfois quand on nous dit trop durs, lorsque nous avons défendu le maintien du juge d’instruction, c’est parce que nous ne voulons pas, justement, de procès de ce type. Et dans le fond, aujourd’hui, la justice américaine, elle ne fait que respecter ses propres règles. Je rappelle qu’il n’y a pas un juge d’instruction, il y a un procureur, une police, qui travaillent à charge, qui ont le rôle de l’accusation et aujourd’hui, nous n’avons entendu que l’accusation, par la voix du procureur. C’est leur règle, ils la respectent. Ce ne sont pas les nôtres. Et nous, nous attendons l’autre voix, celle que Dominique Strauss Kahn et ses avocats, vont porter dans les jours qui viennent. Je le dis, cette affaire est dramatique, elle est dramatique pour un homme, pour une famille, elle est dramatique aussi pour la jeune femme dont nous respectons les propos. Je l’ai dit ce matin, dans un drame comme celui-ci il y aura une victime profonde,  ce sera Dominique Strauss Khan s’il est innocenté, ce sera, bien sûr, cette jeune femme, si les faits sont avérés. Tout commentaire sur les faits n’a aucun sens ;  ils n’ont aucun sens car nous ne savons pas. Je pense aujourd’hui que cette jeune femme et Dominique Strauss Khan sont les seuls qui savent, et donc nous devons attendre, pour comprendre, attendre la voix qui nous permette d’avoir la vérité des faits et en tirer, à ce moment là toutes les conséquences.

 

Ce matin, j’ai remercié chacun des socialistes, parce que nous avons été unis, à la fois, bien sur dans l’émotion et je crois que chacun peut la comprendre, l’émotion et la sidération, mais aussi nous avons été responsables, chacun. Et le second message que je souhaite faire passer aux Français, c’est que nous savons ce qu’est notre responsabilité,  et nous savons que la situation de la France, la situation des Français aujourd’hui nécessite que nous continuons ce que nous avons fait depuis 3 ans, avec la feuille de route que nous avons décidé. Je l’ai rappelé ce matin et l’ensemble des dirigeants qui se sont exprimés, j’allais dire, d’une même voix, ont eu le même sens de la responsabilité et une voix unique.  Nous devons aujourd’hui, être là où les Français nous attendent, c’est-à-dire dans l’apport de réponses pour redresser notre pays. Pour faire en sorte que la justice revienne au cœur de tout, pour que la France retrouve sa parole dans le monde.  Et nous sommes dans le temps du projet, ce temps du projet nous l’avions décidé, il n’y a aucune raison d’en sortir, nous populariserons les propositions du Parti socialiste, nous disons aux Français qu’il existe un autre modèle possible, il y a d’autres propositions, pour redresser notre pays, et pour que vous viviez mieux, voilà ce que nous leurs disons, c’est ce soir ce que j’irai faire à Bordeaux, mais il y a ce soir beaucoup de réunions.

 

Il y a ce soir beaucoup de réunions partout en France, il y en a demain,  il y en aura la semaine prochaine, tous nos responsables sont sur le terrain, proches des Français. Donc, nous nous devons de continuer ce travail pour présenter notre projet que nous adopterons le 28 mai en étant dans la proximité avec les Français. Et puis, nous avons bien sûr un deuxième rendez-vous, nous l’avons fixé et il faut en garder et le principe et le calendrier c’est celui de proposer un candidat ou une candidate qui porteront pour les Français cet espoir et cela conduit à des dépôts de candidature puis à des primaires, vous le savez, au mois d’octobre où nous faisons confiance aux Français pour nous aider à se mobiliser derrière celle ou celui qui porteront leurs espoirs. Et puis, enfin, il y a un autre travail sur lequel je suis fortement engagée, qui est celui du rassemblement de la gauche. Je réunirai d’ailleurs, c’était prévu la semaine prochaine, je ne sais pas si je garderai cette date là, le conseil politique pour parler avec les principaux responsables du point où nous en sommes, de ce travail avec nos principaux partenaires car chacun le sait, nous devons dans cette période être encore plus nous-mêmes, encore plus unis, nous le sommes. Depuis trois ans, nous avons passé beaucoup d’étapes et nous avons réussi à nous unir autour de l’essentiel, c’est-à dire des propositions que nous avons à faire aux français. Nous devons être plus que jamais auprès d’eux, ils en ont besoin, ils nous attendent, et je l’ai vu dans les mots, de beaucoup ces derniers jours et nous devons bien évidemment rassembler la gauche, mobiliser les Français autour du projet qui sera celui des socialistes mais aussi celui de la gauche. Voilà, donc, unité, responsabilité, combattivité. Voilà les trois mots qui sont venus le plus ce matin, il y a l’émotion bien sûr, il y a le bouleversement que chacun ressent, mais il y a notre responsabilité : être à la hauteur et je le dis très simplement aux Français, nous serons au rendez-vous de 2012, le Parti socialiste sera là pour retrouver à la fois la France qu’on aime mais pour faire en sorte que la justice soit au cœur de tout, pour redresser notre pays et pour faire qu’enfin il retrouve sa voix dans le monde, ce qui a fait la fierté des Français depuis toute leur histoire. Merci

Partager cet article
Repost0
14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 19:47

A-la-rencontre 1229Etre clair sur ses motivations.

Je suis candidat pour devenir Conseiller Général et Agir.

Je ne suis pas candidat pour faire un score au 1er tour et me compter, pour régler des comptes personnels, pour faire perdre telle ou telle personne, pour préparer une autre élection...

Je suis candidat pour devenir Conseiller Général et Agir.

Je sollicite les voix des électeurs pour les représenter et non pour m’en servir à d'autres fins.

 

Etre clair sur son identité et étiquette politiques.

Je suis de gauche.

Je suis le candidat du Parti Socialiste et par conséquent, si je suis élu, je siégerai au sein du groupe socialiste du Conseil Général.

Je ne cache pas ce que je suis, je ne trompe pas en usurpant une identité qui n’est pas la mienne pour semer le trouble.

 

En finir avec les fausses promesses.A-la-rencontre 1325

Il y a ce que je suis capable de faire et que je ferai, il y a ce que je ne peux pas faire et que je ne ferai pas.

Un Conseiller Général peut agir dans un cadre précis, dans ce qui relève de son pouvoir d’action et de ses compétences. Mais il ne peut pas tout.

Pour donner envie de voter pour moi,  je pourrais faire une multitude de promesses. Et même promettre tout ce qui ne dépend absolument pas d’un Conseiller Général !

Je pourrais promettre la création de milliers d’emplois.

Je pourrais promettre à un tel et un tel un nouveau logement.

Je pourrais promettre à un tel et un tel un emploi dans une administration.

Je pourrais promettre telle ou telle construction.

Et bien moi, j’ai fait le choix de ne pas promettre ce que je ne pourrai pas tenir.

Pourtant ce n’est pas facile, lorsque des gens me livrent leurs problèmes, leur détresse, de leur dire que je n’ai pas de solution pour tout.

Mais ma première responsabilité, mon premier devoir envers ceux que je veux représenter, c’est de leur dire la vérité.

Ce n’est pas moi Conseiller Général qui pourrai attribuer un logement à cette vieille dame, bloquée chez elle car à mobilité réduite et vivant au 3ème étage d’un HLM sans ascenseur.

Ce n’est pas moi Conseiller Général qui pourrai donner un travail à ce monsieur au RSA même s’il va voter.

Ce n’est pas moi Conseiller Général qui pourrai rénover tous ces HLM que l’OPH a laissé tomber depuis très longtemps.

Ce n’est pas moi Conseiller Général qui sortirai de mon chapeau magique 1000, 2000, 3000 emplois.

C’est moins vendeur, certes. Mais je me suis engagé dans la politique pour agir et pour servir, pas pour tromper.

 

Partager cet article
Repost0
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 21:25

A-la-rencontre 1300Un samedi midi en revenant d’une séance de distribution de tracts à Blériot, sous une pluie battante, je suis arrivé trempé et gelé à la fête du timbre en salle de Blériot.

Un candidat concurrent, très élégamment endimanché, se moqua de moi en me disant : «  tu ne sais pas t’y prendre, moi j’ai des troupes, on tracte pour moi, je n’ai pas besoin de le faire, on le fait à ma place ».

Et bien ce n’est pas ma conception de l’engagement politique.

 

Qu’il pleuve, qu’il vente, qu’il gèle, je participe à toutes les séances de distribution des tracts dans tous les quartiers et dans toutes les communes du canton.

Et il n’y a là aucun mérite : c’est juste normal.

C’est une question de respect vis-à-vis des habitants du canton de me déplacer moi-même pour mettre mes tracts dans leurs boites aux lettres.

C’est une question de respect vis-à-vis de mes camarades et amis, qui bénévolement, sur leurs temps libres sont toujours présents à mes côtés. Car j’ai la chance d’être entouré de gens qui se donnent sans compter, toujours dans la bonne humeur. Et ce sont eux que je veux ici honorer car s’ils n’étaient pas là, rien ne serait possible. J’apprends beaucoup à leurs côtés.

C’est aussi cela le Parti Socialiste.

 

Le respect, c’est la plus belle chose que m’ont appris et transmis mes parents et mes grands-parents.

 

Ci-dessous quelques photos

A-la-rencontre 1218A-la-rencontre 1223A-la-rencontre 1305A-la-rencontre 1306A-la-rencontre 1307A-la-rencontre 1312A-la-rencontre 1313A-la-rencontre 1202

Partager cet article
Repost0
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 19:43

20100112213211!Nouveau logo PSEtant candidat aux élections cantonales, c’est moi qui actuellement suis mis sur le devant de la scène.

 

Mais si aujourd’hui je suis en capacité de mener une campagne active et dynamique, c’est parce que j’ai la chance d’être entouré de toute une équipe : vous, mes camarades du Parti Socialiste.

 

Tous les jours, tous les week end, quel que soit le temps, vous êtes toujours là, actifs et volontaires pour aller mettre des tracts dans les boites aux lettres, pour m’accompagner à des manifestations, à la rencontre des habitants…

 Vous me portez, me conseillez et quand, parfois le doute s’installe, vous me rassurez et me boostez.

 

Je suis fier d’être votre camarade et pour le militant que je suis, c’est un grand honneur d’être votre candidat, le candidat du Parti Socialiste, le candidat pour agir pour tout un territoire.

 

Mes camarades, je voulais, par ces quelques mots, vous rendre un hommage. Je vous dois beaucoup et j'espère de tout coeur être à la hauteur de vos attentes et de vos espoirs.

 

001006040A-la-rencontre 1166A-la-rencontre 1169A-la-rencontre 1173A-la-rencontre 1181Au FortBlériotmarché fort nieulay 17 oct 2010 002 (2)CoquelleA-la-rencontre 1166peuplingues075

Partager cet article
Repost0
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 11:05

001Le Gouvernement de Nicolas Sarkozy a décidé de supprimer 16 000 postes d’enseignants dont 104 pour le Pas-de-Calais.

 

De nombreux établissements scolaires sur le Calaisis seront touchés par des fermetures de classe.

 

Les classes maternelles et la scolarisation des enfants de moins de 3 ans sont gravement menacée.

 

J’étais ce matin aux côtés des parents de l’école maternelle Kergomard au Pont du Leu qui devrait subir une nouvelle fermeture de classe. Et après ce sera au tour de l’école ?

 

J’ai retrouvé ensuite les enseignants des lycées Coubertin et De Vinci et du collège Jean Macé à la Sous-Préfecture de Calais.

 

C’est l’avenir de nos enfants que la Droite compromet.

Nous devons tous nous mobiliser pour défendre une école publique de proximité et de qualité.

 002004005

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 19:20

generation mitterrandEn ce quinzième anniversaire de sa mort, souvenons-nous aussi et surtout qu’il y a 30 ans, le « candidat de la France, pour la France » faisait triompher la gauche rassemblée autour du Parti Socialiste en accédant à la plus haute charge de l’Etat : la Présidence de la République.

 

Après Jean Jaurès et Léon Blum, François Mitterrand poursuivait « l’œuvre de ces millions de femmes et d’hommes, qui deux siècles durant, dans la paix et la guerre, par le travail et par le sang, avaient façonné l’histoire de France », qui avaient permis les plus grandes avancées et conquêtes sociales jamais connues : de la liberté de penser à la liberté politique et syndicale, des droits de l’homme aux droits des travailleurs.

 

J’avais 6 ans à l’époque, trop jeune pour comprendre la ferveur et la liesse populaire qui avaient envahi le pays. Trop jeune pour me rendre Place de la Bastille où le peuple de France s’était réuni spontanément enfiévré pour danser, chanter la vie et l’espoir d’un monde meilleur.

Il n’y avait qu’un vainqueur ce 10 mai 1981 avait-il dit : l’espoir !

 

A jamais au Panthéon de l’Histoire, il restera l’homme de la construction européenne et de l’amitié franco-allemande. L’homme qui a su faire entendre et respecter la voix de la France dans le monde. L’architecte d’une France qu’il a su faire basculer dans la modernité, le progrès et la justice sociale : abolition de la peine de mort, légalisation et développement des radios libres, libération de la télé, la semaine des 39 heures, la 5ème semaine de congés payés, la retraite à 60 ans, le remboursement de l’IVG, l’impôt sur les grandes fortunes, le renforcement du code du travail, la protection des salariés…

 

Issu de la Génération Mitterrand, membre et fidèle au Parti Socialiste qu’il a fondé, je mesure la grandeur des accomplissements de ce Président unique et reconnu aujourd’hui par une grande majorité des français.

Un homme au destin extraordinaire qui justifie l’invincible espoir d’un retour des forces du progrès en ces temps où le pays est attaqué de toute part par une droite qui n’a jamais été aussi dure et aussi libérale, pilonnant toutes les avancées sociales et agressant les plus faibles d’entre-nous.

 

Un homme dont on ne doit jamais oublier les enseignements :

« Je crois pour demain comme hier à la victoire de la gauche, à condition qu’elle reste elle-même. Qu’elle n’oublie pas que sa famille, c’est toute la gauche. Hors du rassemblement des forces populaires, il n’y a pas de salut. »

 

 

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2011 6 01 /01 /janvier /2011 19:09

PPA8183«Nous avons brisé la tyrannie des privilèges en abolissant ces pouvoirs auxquels n’avait droit aucun homme. Nous avons mis fin au monopole de la naissance et de la fortune dans tous ces grands offices de l’Etat... Nous avons déclaré que l’homme le plus humble de ce pays est l’égal des plus grands. Cette liberté que nous avons acquise pour nous-mêmes… nous confions au monde la mission de bâtir l’avenir sur l’espoir que nous avons fait naître. Cette inspiration, ce souffle pour tous les hommes, partout en tout lieu, cet appétit, cette soif de liberté, jamais personne ne pourra l’étouffer.»

Georges Danton - 4 avril 1794

 

 

Mesdames et Messieurs, chers amis,

 

Permettez-moi, en toute simplicité, de souhaiter à  chacune et chacun d’entre-vous une bonne et heureuse année 2011.

2011 sera sans aucun doute une nouvelle année de combat pour défendre nos droits élémentaires sans cesse bafoués et remis en cause par une société libérale toujours plus dure et déshumanisée.

Une société libérale où la loi du plus fort, de la rentabilité et du profit prime sur la justice et la solidarité.

Une société libérale où les intérêts égoïstes d’une minorité de privilégiés s’imposent à la majorité d’entre nous au détriment de tous.

Je crois aux forces du changement et je suis convaincu que nous pouvons construire une société plus juste, plus libre, plus solidaire où chacun a sa place.

Je suis convaincu que rien n’est figé et que le monde tel que nous le connaissons peut être profondément changé.

La dignité, le respect, le progrès, le partage, la solidarité ne sont pas de vains mots.

Il nous appartient de les faire vivre collectivement : nous sommes tous responsables des uns et autres et c’est par le rassemblement des énergies et des volontés que nous pouvons dès à présent construire la société dans laquelle nous voulons vivre et que nous voulons léguer à nos enfants.

Indignons-nous, révoltons-nous et quelles que soient les difficultés auxquelles nous sommes confrontés, ne renonçons jamais.

Résister, rassembler, avancer… soyons les bâtisseurs de nos vies.

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2010 6 18 /12 /décembre /2010 19:25

manif 12 oct 014Madame le Maire de Calais continue sa politique d’attaque systématique contre les services du Conseil Général.

 

Après s’être plainte de ne pas obtenir des financements qu’elle a pourtant obtenus, après s’être plainte de ne pas obtenir une subvention qu’elle n’a même pas sollicitée, Mme le Maire de Calais s’émeut maintenant que le Conseil Général lui verse 1.8 millions d’€ pour la rénovation du Stade du Souvenir. Soit 60% du coût du projet qui lui avait été initialement soumis par la municipalité. Ce n’est quand même pas rien.

 

Rappelons les faits. Mme le Maire a présenté un budget pour la rénovation du Stade du Souvenir au Conseil Général. Le Conseil Général s’est engagé à participer à hauteur de 60% du montant qui lui a été présenté, soit 1,8 millions d’€.

Il s’avère aujourd’hui que le budget présenté par la majorité municipale de Calais n’est pas bon : les travaux coûteront 845 000€ de plus que prévu. Du moins à ce jour : d’autres mauvaises surprises en attente ?

 

Cette majorité s’est engagée sur des travaux dont elle ne connaissait pas encore le coût réel. Cette majorité a une nouvelle fois confondu vitesse et précipitation en montant un budget avant la fin de toutes les études et avant l’obtention de tous les éléments nécessaires à son élaboration.

Est-ce la faute du Conseil Général et du Président Dupilet ? Assurément pas.

Pourtant Mme le Maire exige une rallonge de plus de 500 000€ du Conseil Général et se fait menaçante. Comme si en un claquement de doigt, l’argent tombait du ciel.

Que Mme le Maire assume ses responsabilités et qu’elle cesse de faire porter sur les autres ses erreurs.

 

En ces temps de rigueur où l’UMP de part la réforme territoriale étrangle financièrement les collectivités, Mme le Maire de Calais devrait s’affranchir des querelles politiciennes pour saluer l’effort fait par le Conseil Général du Pas-de-Calais.

Qui mieux que le Conseil Général ou le Conseil Régional à majorités socialistes soutient financièrement les Communes ? Certainement pas l’Etat qui doit 900 millions d’€ à notre département.

 

Ce n’est pas en prenant la population en otage ou en agitant le chiffon de la menace que la majorité municipale fera avancer dans le bon sens son dossier.

Qu’elle transmette comme demandé au Président Dupilet ses corrections, son nouveau plan de financement et qu’elle sollicite les services de l’Etat pour qu’ils mettent un peu la main à la poche.

 

On nous avait dit qu’une mairie UMP obtiendrait plus facilement des subventions de l’Etat… UMP. Force est de constater que Calais est quand même mieux servie avec le Département à majorité socialiste.

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2010 5 17 /12 /décembre /2010 21:03

triomphe de la republiqueCi-dessous le texte que j’avais fait paraître le 17 décembre 2009, resté hélas sans effet.

 

 

En faisant de la religion une affaire privée et non plus d'Etat, la loi de 1905 sur la laïcité nous a offert la liberté : la liberté de choisir, de penser, de nous déterminer et non plus d'être soumis aux régles imposées d'un petit nombre au plus grand nombre au nom de croyances particulières. Sans ce long cheminement de la laïcité, pas d'école publique, pas de loi sur la contraception et sur l'avortement, pas de libération des mœurs... pas de liberté à définir nous-mêmes ce en quoi nous croyons, nous adhérons et comment nous voulons régler nos vies.

La laïcité est notre joyau : elle permet à chacun de vivre pleinement ses croyances et non-croyances, dans la tolérance et le respect de tous.

Et c'est bien parce que nous sommes dans un état laïque que nous sommes nous-mêmes les maçons de nos vies, les bâtisseurs de notre monde.


Cette laïcité est chaque jour attaquée de toute part. Par des intégristes religieux, convaincus d'être détenteurs de la vérité, qui veulent imposer à tous leurs quelques vues particulières sans s'embarrasser de celles des autres. Par un pouvoir politique qui veut restaurer la dominance de l'Eglise avec un Président de la République pour qui le curé a plus de valeur que l'instituteur, qui veut dépecer la loi de 1905...

 

C'est pourquoi nous devons être vigilants à toute action qui porte atteinte à notre laïcité, notre bien commun, et la défendre systématiquement.

 

Le choix de la majorité municipale calaisienne d'installer aux frais du contribuable, sur la place de la mairie, la crèche évangélique s'inscrit dans ce contexte. Elle est en soi une transgression au principe de laïcité. De quel droit la majorité municipale nous imposent-t-elle sa croyance et qui plus est sur un espace symbole de la République : la place de l'Hôtel de Ville, la Place du Soldat Inconnu ?


J'entends déjà qu'on me répond "oui mais c'est Noël, cela fait parti du décors". C'est un point de vue tout à fait entendable et respectable mais non partagé par tous. De plus cette majorité municipale est issue en partie de l'enseignement religieux, a fait voter une délibération pour que l'école religieuse obtienne des financements publics et donc forcément au détriment de l'école laïque, et met chaque jour en pratique la politique du Président de la République connu pour son aversion pour la sphère laïque. Et c'est bien pour cela que plus que jamais nous devons être vigilants. La place des crèches est dans les églises, dans les institutions religieuses et dans les foyers qui en font le choix mais pas dans l'espace public et commun, en un mot, la République.


"La laïcité est une valeur essentielle, avec ce souci de la liberté de conscience et de l’égalité de tous les hommes, qu’ils soient croyants, athées ou agnostiques. L’idéal laïc n’est pas un idéal négatif de ressentiment contre la religion. C’est le plus grand contresens que l’on puisse faire sur la laïcité que d’y voir une sorte d’hostilité de principe à la religion. Mais c’est un idéal positif d’affirmation de la liberté de conscience, de l’égalité des croyants et des athées et de l’idée que la loi républicaine doit viser le bien commun et non pas l’intérêt particulier."

(Henri Pena-Ruiz, philosophe )

Partager cet article
Repost0