Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 17:25

rue de la merCe week-end Mme le Maire de Calais célébrait ses travaux inachevés des rues de la Mer et de la Paix (la moitié seulement car l’autre était punie).

 

C’est devenu une tradition : il faut communiquer à tout prix pour tenter de faire passer des catastrophes pour des bons choix.

 

 

 

Sauf qu’à force de vouloir persister avoir raison place d'armescontre tout le monde et considérer que tous ceux qui ne partagent pas les points de vue de sa majorité municipale sont des idiots, on finit toujours irrémédiablement par se retrouver seul : il suffit de remarquer la très faible affluence lors de ses discours inauguraux.

 

rue de la paix 4Pensez-vous que Mme le Maire passant en voiture rue Royale pour se rendre à son auto célébration aurait pris la peine de demander à son chauffeur de se garer afin de descendre saluer les commerçants de ladite rue ? Bien sur que non : là où il n’y a pas soumission, il n’y a aucun égard d’une responsable politique qui est devenue plus un chef de clan qu’un maire de tous les calaisiens.

 

Plus de 17% de chômage à Calais, des rideaux rue Royale et rue de la Mer qui ont définitivement baissés pavillon, des artisans commerçants en difficultés…  heureusement que Mme le Maire a eu une nouvelle idée lumineuse : une statue géante du Général de Gaulle pour relancer le tourisme à Calais.

Les 50.000 € de sa réserve parlementaire qu’elle a attribués à la statue commandée par l’association de ses amis auraient certainement pu être utilisés utilement pour les Calaisiens.

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2012 7 30 /09 /septembre /2012 17:35

Bundesarchiv_Bild_101I-383-0337-11_Frankreich_Calais_deutsc.jpgEn ce jour où nous célébrons le 68ème anniversaire de la libération de Calais, j’ai une pensée particulière pour mes grands-parents, anciens combattants, prisonniers de guerre et résistants qui ont vécu l’occupation de Calais.

J’ai une pensée toute aussi forte pour tous ceux qui ont combattu, donné leur vie et versé leur sang pour délivrer la ville, le pays et l’Europe de la tyrannie et de la barbarie nazie et fasciste.

 

Dans les années 1930-40, le responsable de tous les maux du monde, de la crise, du chômage… c’était le juif. C’est sur la haine du juif et l’exploitation de la misère sociale que le parti nazi  a fait son lit, pris le pouvoir démocratiquement en Allemagne et mis l’Europe à feu et à sang.

La France ne fut pas seulement occupée, elle a connu aussi le déshonneur d’un régime collaborationniste et de partis d’extrême droite à la solde de l’ennemi dont le Front révolutionnaire National.

 

Aujourd’hui le Front National des Le Pen, héritier des partis collaborationnistes reprend la même rengaine en changeant juste de cible : le responsable de tous les maux du monde, de la crise, du chômage… c’est le musulman. Toujours cette haine de l’autre, le rejet, le refus de la différence, l’exploitation de la misère sociale…

 

Voulons-nous revivre la même histoire que celle de nos parents, grands-parents et arrière-grands-parents ?

Partager cet article
Repost0
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 10:27

La politique autrement

 
La liquidation de Sea France a été et reste une catastrophe humaine, sociale, économique pour notre territoire.

Elle aura aussi été la démonstration de certaines façons de faire de la politique de la part de nos responsables locaux.


Devant une telle catastrophe, j’attendais d’un responsable politique un discours de vérité sur la réalité de la situation actuelle.

Il ne s’agissait pas là de discourir pour brosser dans le sens du poil du plus grand nombre. Bien sûr une telle attitude pouvait être très bénéfique électoralement, mais elle était surtout néfaste pour les victimes de Sea France car elle les trompait.

Il s’agissait au contraire de regarder la situation en face, de l’assumer et d’informer chacun sur ce qui se passait vraiment, sur les différentes options qui se présentaient. Ce discours était le discours du respect envers les ex salariés de Sea France qui avaient le droit à la vérité. Et qui avaient besoin de la vérité pour s’en sortir.


Devant une telle catastrophe, j’attendais aussi d’un responsable politique une action et des propositions concrètes.

Sur la base de la réalité de la situation, il s’agissait de construire les solutions de demain. Construire des solutions de reprises, de reprise d’activité, de partenariats, de formations, de réorientations professionnelles, de réinsertion… C’est-à-dire de ne pas laisser les licenciés à leur sort mais être force d’accompagnement et de réaction, de développement et d’innovation.


C’est pourquoi je préfèrerai toujours l’action d’un Yann Capet qui n’a eu de cesse de travailler à des solutions réelles pour la défense du pavillon français, la défense des emplois, pour la poursuite de l’activité ou la reprise de l’activité, pour l’accompagnement des salariés… à l’inaction des professionnels de l’affiche et de la carte postale qui construisent leur carrière personnelle par la dénonciation permanente sans jamais apporter une seule solution et régler un seul problème.
C’est pourquoi je préfèrerai toujours ceux qui se battent contre les drames sociaux à ceux qui surfent dessus pour en tirer quelque bénéfice.


Le problème à Calais est que nous sommes depuis trop longtemps prisonniers et enfermés dans un système qui veut empêcher tout changement. C’est ce même système qui aujourd’hui comme hier plombe notre territoire.

Ni retour vers le passé, ni continuité du présent, la politique autrement ce n’est pas simplement changer les visages ou les majorités, c’est surtout changer la façon de faire la politique.

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2011 4 08 /12 /décembre /2011 12:10

seafranceA l’appel des salariés de SeaFrance, au-delà de toute étiquette politique ou syndicale, mobilisons-nous ce samedi 10 décembre à 9h30 en face du phare à Calais pour une manifestation silencieuse :

-          Pour dénoncer le scandale que représente le sabotage délibéré d’une entreprise publique pourtant reconnue comme viable

-          Pour sauver 2000 emplois directs et indirects, indispensables dans une région où la situation de l’emploi est déjà catastrophique

-          Pour sauver le seul pavillon français sur le détroit

 

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2011 3 06 /07 /juillet /2011 17:21

Espace Fort est devenu l’instrument d’affrontements politiciens dont les seules victimes seront une fois de plus les habitants du quartier du Fort Nieulay qui, aujourd’hui comme hier, sont les sacrifiés des pouvoirs locaux. Hier parce que ce quartier était jugé électoralement acquis, aujourd’hui parce que jugé électoralement hostile.

 

Il est utile de rappeler que tout engagé associatif a le droit le plus absolu d’avoir des convictions politiques, et que tout engagé politique a le droit le plus absolu d’avoir une activité associative. Mais il est une limite qui ne doit jamais être franchie : instrumentaliser une association, ses adhérents, les publics auxquels elle s’adresse au service d’un parti politique.

Tout comme un Maire ne peut vouloir l’anéantissement d’une association parce que ses membres ont, à titre privé, individuel, personnel, une orientation politique qui n’est pas la sienne.

 

Il convient aussi de rappeler qu’Espace Fort étant une association Loi 1901, c’est à son conseil d’administration qu’il revient de choisir le directeur qu’il entend recruter et non au pouvoir politique.

Et un directeur de centre social se recrute sur des critères d’aptitudes, de qualifications et de diplômes professionnels – reconnus par la CAF, instance qui attribue l’agrément « centre social » et non sur ses orientations politiques personnelles.

Tout comme un Maire ne peut s’opposer au recrutement d’un salarié associatif parce que ce choix ne lui convient pas personnellement.

 

Mme le Maire doit être la garante de l’intérêt général, du respect du droit et d’une certaine éthique : menacer de retirer subventions et locaux à Espace Fort est donc un abus de pouvoir manifeste et témoigne d’une dangereuse dérive de la majorité municipale.

Faut-il rappeler que cette majorité avait fait campagne sur le comportement qu’elle jugeait sectaire et autoritaire de l’ancien maire de Calais ?

Partager cet article
Repost0
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 18:06

005HAJ Calais vient d’inaugurer ce mercredi 8 juin la résidence « jeunes travailleurs » Jeanne Pauwels.

 

Ayant eu le plaisir d’y avoir été convié, j’ai pu visiter ce formidable outil d’insertion et d’accompagnement par le logement des 18-30 ans.

C’est là la concrétisation de plus de 8 ans de travail de l’asso Hébergement Alternatif Jeunes (présidée par André Glépin et dirigée par Marc Descamps) dont le dynamisme et l’apport social ne sont plus à démontrer et qui mérite la mobilisation de tous les partenaires institutionnels et financiers.

 

Cette inauguration est aussi un moment particulier, tout de symbole, par le choix de nommer « Jeanne Pauwels » cette structure. C’est là la juste reconnaissance et la juste mise à l’honneur d’une femme qui a consacré et qui continue de consacrer sa vie à la chose publique, à l’engagement pour les autres : un exemple pour beaucoup d’entre-nous.

Partager cet article
Repost0
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 19:30

020L’OPH semble foisonner d’idées et de projets pour l’avenir. C’est du moins ce que la communication politique à outrance nous martèle. Effets d’annonce, points presse, multiplication des prises de paroles, articles et supports, poses photographiées et devant les journalistes… Si une politique se jugeait à l’art de la mettre en scène, les locataires de l’OPHLM vivraient tous dans des palaces.

 

Il est essentiel que l’OPH se tourne vers l’avenir et innove et je sais qu’entre le temps du projet et le temps de l’action, il y a nécessairement un décalage, celui de la préparation. Mais là quand même, le pouvoir semble plus que jamais se tourner vers une personnalisation ayant pour seul objet l’autosatisfaction et la promotion personnelle.

 

Et les locataires dans tout ça ?

Qu’est-il entrepris concrètement pour lutter contre le logement insalubre ? Quelle considération, quel soutien pour les habitats des tours les plus dégradées du Beau Marais et du Fort Nieulay ?

Rien, rien n’est fait.

018

Pourquoi les habitants de ces quartiers sont-ils constamment oubliés et négligés ? Comme s’ils ne comptaient pour rien, des perdus, des déshérités de la société.

Cette attitude et ce choix politique sont inacceptables. On ne peut bâtir l’avenir, parler de développement durable et de modernité en tournant le dos aux réalités du présent, en abandonnant à eux-mêmes ceux qui souffrent comme si leur vie et leur sort étaient sans intérêts.

 

On me rétorquera que la dégradation de certains habitats et l’abandon de population au Beau-Marais et au Fort Nieulay ne datent pas de l’arrivée de la nouvelle majorité. C’est exact, qui peut oser le nier ?

Mais est-ce une excuse de n’avoir rien fait et au contraire d’avoir poursuivi les errements du passé alors qu’on avait promis le changement ? Le changement des équipes oui, mais pas celui des pratiques.

 

Nous parlons de la vie, de l’avenir, de la dignité d’enfants, de femmes et d’hommes de tout âge.

 

Partager cet article
Repost0
29 mai 2011 7 29 /05 /mai /2011 07:03

Moments bien agréables ce vendredi soir lors de la fête des voisins au Fort Nieulay comme au Beau-Marais. L’accueil est toujours aussi chaleureux.

Chapeau à nos danseuses de samedi pour la fête du Beau-Marais qui ont bravé le vent pour leurs démonstrations rythmées.

IMG 1498IMG 1501

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2010 6 11 /12 /décembre /2010 19:05

006Comme nous le faisons depuis un an, nous nous réunissons régulièrement pour aller à la rencontre des habitants des quartiers calaisiens, évidemment bénévolement et sur notre temps libre.

 

C’est toujours un moment agréable de nous retrouver dans la bonne humeur pour aller à la rencontre d’un tel et d’une telle, de faire connaissance, de nouer des liens, et puis à la fin de la balade, de se réunir autour du verre de l’amitié. Les socialistes, c’est comme les Gaulois dans Astérix et Obélix : parfois on se dispute dur mais on vit toujours de belles aventures qui se terminent toujours par un grand rassemblement autour d’un « bon pot ».

 

Le samedi 27 novembre, nous étions de nouveau au Fort Nieulay.

 

Nous avons pu une nouvelle fois constater que dans certains secteurs la situation s’aggravait : cages d’escalier et boites aux lettres défoncées, taguées, sales… Cours, bâtiments, jeux, trottoirs en bien triste état. Les habitants et les associations font ce qu’elles peuvent mais toute leur bonne volonté ne peut pallier l’absence des pouvoirs publics.

Comme si le quartier était jugé sans intérêt. Mince, ce sont des vrais gens qui y vivent, des enfants, des femmes et des hommes de tout âge. Ce n’est pas rien quand même.

Bien sur qu’il n’y a pas de solution miracle, qu’on ne peut en un claquement de doigts réparer ou améliorer les insuffisances du passé et tout ce qui n’a pas été fait en temps et en heure.

Mais de là à faire le choix actuel de ne rien faire et de laisser à l’abandon le quartier et ses habitants comme si ils ne comptaient plus.

 

Pour notre part nous continuons notre cheminement.

Nous ne sommes pas là pour dérouler le discours politique convenu, traditionnel et inefficace. Les gens en ont marre et ça ne sert à rien. La preuve.

Nous sommes là pour répondre aux attentes et aux besoins de tous en prenant le temps  d’écouter, de rencontrer, de constater et d’analyser.

Nos propositions viendront : elles ne seront pas révolutionnaires, markéting, tape à l’œil… Elles seront simples, concrètes.

Ce sera assurément moins vendeur que les promesses des marchands de rêve.

Qu’importe, nous ne sommes pas là pour vendre, nous sommes là pour servir.

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2010 3 08 /12 /décembre /2010 16:07

012Bravo et merci aux habitants et associations des quartiers Fort Nieulay, Beau-Marais et St Pierre pour cette belle après-midi consacrée aux enfants et aux familles : danses, ateliers de confection, contes, jongleries, tours à poneys…

 

Joie, bonne humeur, sourire et rire des enfants en ce lieu formidable de culture populaire qu’est le Channel - un joyau du calaisis à préserver et à soutenir contre tout vent-. 

 

J’en ai profité pour aller faire un petit tour à la librairie du Channel et suis reparti avec sous le bras « Lettres à Lucilius » de Sénèque.

Petit avant goût, juste pour le plaisir :

« Saisis-toi de chaque instant. Tu seras moins dépendant de demain si tu t’empares d’aujourd’hui. On remet la vie à plus tard. Pendant ce temps, elle passe ».

 

 

 

Partager cet article
Repost0