Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 20:02

1981 au Panthéon5, 4, 3, 2, 1, François Mitterrand est élu Président de la République.

Nous sommes le 10 mai 1981.

Pour la première fois de l’histoire de la Vème République, un socialiste accède à la plus haute fonction de l’Etat, mettant fin à 23 ans de règne ininterrompu de la droite.

 

Après Jean Jaurès et Léon Blum, François Mitterrand poursuivait « l’œuvre de ces millions de femmes et d’hommes, qui deux siècles durant, dans la paix et la guerre, par le travail et par le sang, avaient façonné l’histoire de France », qui avaient permis les plus grandes avancées et conquêtes sociales jamais connues : de la liberté de penser à la liberté politique et syndicale, des droits de l’homme aux droits des travailleurs.

J’avais 6 ans à l’époque, trop jeune pour comprendre le moment exceptionnel et historique qui se déroulait.

La ferveur et la liesse populaire avaient envahi le pays. Place de la Bastille, sous la pluie, le peuple de gauche s’était réuni spontanément enfiévré pour danser, chanter la vie et l’espoir d’un monde meilleur. La foule reprenait en cœur un slogan qui en disait long pour la suite : « Mitterrand du soleil. »

Il n’y avait qu’un vainqueur ce 10 mai 1981 avait-il dit : l’espoir !

 

A jamais au Panthéon de l’Histoire, il restera l’homme de la construction européenne et de l’amitié franco-allemande. L’homme qui a su faire entendre et respecter la voix de la France dans le monde. L’architecte d’une France qu’il a su faire basculer dans la modernité, le progrès et la justice sociale : abolition de la peine de mort, légalisation et développement des radios libres, libération de la télé, la semaine des 39 heures, la 5ème semaine de congés payés, la retraite à 60 ans, le remboursement de l’IVG, instauration de l’impôt sur les grandes fortunes, le renforcement du code du travail, la protection des salariés, abrogation du délit d’homosexualité… sans oublier les lois sur la décentralisation.

Chacun peut mesurer la grandeur des accomplissements de ce Président unique.

Un bilan à ce jour inégalé.

 

Un homme au destin extraordinaire qui de par son action justifie l’impérieuse nécessité d’un retour des socialistes au pouvoir en ces temps où le pays est attaqué de toute part par une droite qui n’a jamais été aussi dure, aussi extrême et libérale, pilonnant toutes les avancées sociales et agressant les plus faibles d’entre-nous.

 

Un homme dont on ne doit jamais oublier les enseignements :

« Je crois pour demain comme hier à la victoire de la gauche, à condition qu’elle reste elle-même. Qu’elle n’oublie pas que sa famille, c’est toute la gauche. Hors du rassemblement des forces populaires, il n’y a pas de salut. »

Partager cet article
Repost0
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 18:31

IMG 1454En cette période où l’extrême droite progresse dangereusement, la commémoration du 8 mai 1945 prend un sens tout particulier.

 

Elle nous rappelle ce à quoi a abouti la montée du nationalisme, du racisme, de l’antisémitisme, de la xénophobie et de la haine : la barbarie, la guerre, la destruction, l’anéantissement, la mort.

 

Mais le 8 mai rappelle aussi que des millions de femmes et d’hommes se sont battus jusqu’au sacrifice de leur vie animés par les valeurs de liberté, de dignité et de respect pour nous offrir un monde de paix. Et qu’ils ont vaincu le Mal absolu.

Et notre premier devoir – au-delà de celui de mémoire - est de préserver leur héritage pour que jamais l’histoire ne se répète.

 

A cette occasion, permettez-moi de vous faire partager ce formidable discours du Président Mitterrand en date du 17 janvier 1995 à Strasbourg au Parlement Européen.

 

“Il se trouve que les hasards de la vie, ont voulu que je naisse pendant la première guerre mondiale et que je fasse la seconde. J’ai donc vécu mon enfance dans l’ambiance de familles déchirées qui toutes pleuraient des morts et qui entretenaient une rancune et parfois une haine contre l’ennemi de la veille. L’ennemi traditionnel ! Mais, Mesdames et Messieurs, nous en avons changé de siècle en siècle ! Les traditions ont toujours changé. J’ai déjà eu l’occasion de vous dire que la France avait combattu tous les pays d’Europe, à l’exception du Danemark, on se demande pourquoi ! Mais, ma génération achève son cours, ce sont ses derniers actes, c’est l’un de mes derniers actes publics. Il faut donc absolument transmettre. Vous êtes vous-mêmes nombreux à garder l’enseignement de vos pères, à avoir éprouvé les blessures de vos pays, à avoir connu le chagrin, la douleur des séparations, la présence de la mort, tout simplement par l’inimitié des hommes d’Europe entre eux. Il faut transmettre, non pas cette haine, mais au contraire la chance des réconciliations que nous devons, il faut le dire, à ceux qui dès 1944-1945, eux-mêmes ensanglantés, déchirés dans leur vie personnelle le plus souvent, ont eu l’audace de concevoir ce que pourrait être un avenir plus radieux qui serait fondé sur la réconciliation et sur la paix. C’est ce que nous avons fait.

 

Je n’ai pas acquis ma propre conviction comme cela, par hasard. Je ne l’ai pas acquise dans les camps allemands où j’étais prisonnier, ou dans un pays qui était lui-même occupé comme beaucoup. Mais je me souviens que dans une famille où l’on pratiquait des vertus d’humanité et de bienveillance, tout de même, lorsque l’on pratiquait des Allemands, on en parlait avec animosité.

Je m’en suis rendu compte, lorsque j’étais prisonnier, en cours d’évasion. J’ai rencontré des Allemands et puis j’ai vécu quelques temps en Bade-Wurtemberg dans une prison, et les gens qui étaient là, les Allemands avec lesquels je parlais, je me suis aperçu qu’ils aimaient mieux la France que nous n’aimions l’Allemagne. Je dis cela sans vouloir accabler mon pays, qui n’est pas le plus nationaliste loin de là, mais pour faire comprendre que chacun a vu le monde de l’endroit où il se trouvait, et ce point de vue était généralement déformant. Il faut vaincre ses préjugés.

 

Ce que je vous demande là est presque impossible, car il faut vaincre notre histoire et pourtant si on ne la vainc pas, il faut savoir qu’une règle s’imposera, Mesdames et Messieurs : le nationalisme, c’est la guerre ! La guerre ce n’est pas seulement le passé, cela peut être notre avenir, et c’est vous, Mesdames et Messieurs les députés, qui êtes désormais les gardiens de notre paix, de notre sécurité et de cet avenir !”

Partager cet article
Repost0
5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 21:21

10mai81Yann Capet, Secrétaire de la Section du Parti Socialiste de Calais,

Les militants socialistes de la Section de Calais,

 

Ont le plaisir de vous convier à la commémoration de l’anniversaire de l’élection à la Présidence de la République de François Mitterrand, le 10 mai 1981.

 

Mardi 10 mai 2011 de 18h à 20h

63, avenue Blériot 62100 Calais

Exposition François Mitterrand (affiches, textes, vidéos…)

Lecture à 19h de 3 extraits de discours majeurs de François Mitterrand

 

 

Partager cet article
Repost0
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 20:50
Partager cet article
Repost0
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 20:35

Enorme, grandiose, exceptionnel, historique...

Partager cet article
Repost0